Un documentaire sorti en septembre 2016 rend hommage aux 184 victimes de l’attentat du Pentagone, le 11 septembre 2001

« 9/11, Inside the Pentagon » a été présenté le 6 septembre 2016

Page officielle: http://www.pbs.org/program/911-inside-pentagon/

Publicités

Etats-Unis: malgré la publication des « 28 pages », l’implication saoudienne dans le 11 septembre est toujours dissimulée

New York Post, Paul Sperry, le 10/09/2016

National_Park_Service_9-11_Statue_of_Liberty_and_WTC_fire_wikimediaLa Maison Blanche pense que publier les « 28 pages » résumant l’implication saoudienne dans le 11 septembre a satisfait le besoin du public de savoir. Mais ne soyez pas dupe. L’histoire reste ensevelie sous plus de 100.000 pages d’autres documents, encore secrets.

Le public n’a même pas pu voir tout ce qui se trouve dans ces 28 pages (en fait, 29) longuement classifiées de l’enquête du Congrès, qui se concentrent étroitement sur les contacts d’officiels du gouvernement saoudien avec seulement deux des 15 pirates de l’air saoudiens pendant leur séjour à San Diego. L’administration Obama a censuré des informations critiques à travers le document.

En tout, il y a près de 100 révisions distinctes, allant de mots simples, tels que les noms des suspects saoudiens, aux paragraphes et à des sections entières de texte. Les censeurs d’Obama n’ont donné aucune raison pour justifier que chacune de ces informations aient dues être gardées secrètes 15 ans après les attentats, même si ces explications sont nécessaires dans le cadre des examens de déclassification.

Les 29 pages révèlent de nombreuses connections, qui se renforcent entre des officiels saoudiens et les pirates de l’air du 11 septembre. Aussi convaincantes soient-elles en les reliant ensemble en tant que co-conspirateurs, celles-ci sont simplement un résumé des documents d’enquête du FBI et de la CIA qui détaillent les éléments de preuve, y compris avec des dossiers téléphoniques et financiers, ainsi que des déclarations de témoins et d’informateurs saoudiens. Les dossiers du FBI concernant un agent présumé du renseignement saoudien et preneur en charge du pirate de l’air, Omar al-Bayoumi, correspondent à eux seuls d’après ce qui est dit à plus de 4000 pages. Ils sont censés inclure des interviews avec des représentants du gouvernement saoudien qui ont été en contact avec Bayoumi.

Les avocats des familles du 11 septembre qui poursuivent le royaume saoudien, qui ont remporté vendredi le passage au Congrès d’un projet de loi supprimant l’immunité souveraine de l’Arabie Saoudite, veulent mettre la main sur ces documents, ainsi que sur:

  • Plus de 80.000 pages de documents inédits liés à l’enquête du FBI concernant une riche famille saoudienne avec un bon réseau, à Sarasota, en Floride, qui avait « beaucoup de connections » avec des « personnes associées aux attentats terroristes du 11/09/2001, » selon un rapport du FBI de 2002.
  • Des dossiers d’enquête du FBI, toujours classifiés, d’une investigation sur des pirates de l’air basés en Virginie et au New Jersey, ainsi qu’en Arizona et dans l’Oklahoma.
  • Des documents encore secrets de la Commission du 11 septembre, y compris une interview des enquêteurs en 2003 avec le prince saoudien Bandar, dont le compte-rendu reste sous clé aux Archives nationales. (L’interview pourrait faire la lumière sur la raison pour laquelle, selon les 29 pages, Bandar a personnellement écrit des chèques à l’un des preneurs en main présumé des pirates de l’air et pourquoi un agent important d’al Qaïda capturé au Pakistan possédait un numéro de téléphone confidentiel lié à une résidence de Bandar à Aspen, ainsi que le numéro de téléphone de l’un des gardes du corps de Bandar à l’ambassade d’Arabie Saoudite à Washington.)
  • Une section entière sur le rôle de l’Arabie Saoudite dans le 11 septembre qui a été effacée dans le rapport 2015 de la Commission d’examen du 11 septembre, mise en place pour évaluer la performance du FBI et de la CIA dans l’application des recommandations de la commission d’origine et pour évaluer de nouvelles preuves.
  • Le « rapport de renseignement conjoint FBI-CIA pour évaluer la nature et l’étendue du soutien du gouvernement saoudien au terrorisme », [daté de] 2005, qui reste classifié.
  • Quelques 632 pages détenues par le Département du Trésor expliquant pourquoi un organisme de bienfaisance saoudien lié à Al-Qaïda a été officiellement désigné comme une organisation terroriste étrangère.
  • Des documents et autres matériaux récupérés dans le raid du complexe d’Oussama Ben Laden à Abbottabad, au Pakistan, en 2011, qui restent encore scellés.
  • Des pages révisées d’un rapport de la CIA en 2002 intitulé « Le soutien financier basé en Arabie Saoudite envers les organisations terroristes ».
  • Des documents fédéraux relatifs aux enquêtes concernant jusqu’à 70 ressortissants saoudiens ayant des pouvoirs diplomatiques saoudiens qui ont été chassés et renvoyés dans leur pays après le 11 septembre, dont la plupart travaillaient dans les bureaux des affaires islamiques de l’ambassade d’Arabie Saoudite, à Washington DC .
  • Des rapports du FBI et des notes de service du Département d’Etat détaillant la décision de refuser une nouvelle entrée aux États-Unis, en 2003, de Fahad al-Thumairy, un religieux saoudien qui travaillait au consulat saoudien à Los Angeles et dont on dit qu’il aurait agi en tant que l’homme d’avant-plan pour deux des pirates de l’air saoudiens et, en fait, aurait peut-être été au centre du réseau de soutien américain pour eux.

La Maison Blanche et Riyad espéraient que le public passerait à autre chose après la publication partielle des 29 pages.

« Maintenant que la déclassification est terminée », a déclaré le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir, « nous espérons poursuivre notre coopération étroite avec les Etats-Unis ». Pas si vite. Avec tant de choses encore cachées à la vue du public, la publication des 29 pages ne devrait être que le début de la transparence sur le 11 septembre, et non la fin.

Paul Sperry est l’auteur d’Infiltration: comment les espions et les [éléments] subversifs musulmans ont infiltré Washington

Source: http://nypost.com/2016/09/10/despite-28-pages-release-saudis-911-involvement-still-buried/

« ZERO, Enquête sur le 11 Septembre »

Plébiscité par les médias italiens et sélectionné pour le Festival du cinéma de Rome en 2007, « Zéro » est sans conteste l’un des meilleurs films documentaires offrant une vue d’ensemble sur le 11 septembre 2001 et ses zones d’ombre.

Une véritable enquête d’investigation s’appuyant sur des interviews d’experts, survivants et témoins oculaires, et mettant en exergue un nombre alarmant d’inexactitudes et d’incohérences dans la version officielle des attentats du 11 Septembre.

À l’origine de ce film, Giulietto Chiesa qui fut journaliste pour les plus grands journaux italiens et député au Parlement européen. Giulietto Chiesa s’est entouré de plusieurs journalistes d’investigation, dont le journaliste Franco Fracassi, réalisateur du film, pour enquêter une année durant aux États-Unis et en Europe.

Source: http://www.reopen911.info/video/zero-enquete-sur-le-11-septembre-en-francais.html

Rapport CBS sur le 11 septembre: une explosion au niveau du sol a causé l’effondrement du WTC

Documentaire vidéo présentant les preuves et l’hypothèse d’une démolition contrôlée du WTC.

Paul Joseph Watson
Prison Planet.com
Vendredi 15 Octobre 2010

Encore une autre vidéo du 11 septembre, que le NIST [National Institute of Standards and Technology] a essayé de bloquer pour ne pas qu’elle soit publiée, a émergé dans la discussion sur les bombes dans le World Trade Center qui a conduit à l’effondrement des tours jumelles, indiquant une fois de plus que l’organisation a tenté de présider une dissimulation pour cacher les preuves d’explosifs secondaires.

Chacune des vidéos que nous avons pu étudier à la suite d’un procès intenté par le Centre International pour les Etudes sur le 11 septembre, lequel a forcé l’Institut National des Standards et de la Technologie [NIST] à publier 3 téraoctets de documents, a permis de regrouper des preuves directes ou des preuves de témoins oculaires de la démolition contrôlée, ce qui suggère que le refus du NIST [National Institute of Standards and Technology] pour publier la vidéo après une requête FOIA était un stratagème délibéré pour essayer de garder les documents en dehors de l’arène publique.

Mercredi, nous avons expliqué comment les images de l’effondrement du WTC 7 ont été éditées pour essayer de dissimuler les preuves de la démolition contrôlée.

La nouvelle vidéo montre la journaliste de CBS 2 Marcia Kramer discuter d’un reportage de CNN sur des explosions secondaires à l’intérieur des zones au niveau du sol de la tour sud qui ont causé l’effondrement du bâtiment.

« CNN rapporte maintenant qu’il y a eu une troisième explosion au World Trade Center, probablement une explosion venant du sol qui a conduit le World Trade Center 1 à s’effondrer sur lui-même », déclare la journaliste Marcia Kramer dans la vidéo.

Kramer se réfère au WTC 1 [World Trade Center 1], mais en fait, elle est en train de parler de la tour sud, qui fut la première à s’effondrer. La vidéo en direct dans le reportage montre la tour nord fumante encore debout.

« Encore une fois, il y a eu une troisième explosion, on ne sait pas ce qui l’a causé, s’il s’agissait d’une bombe ou bien si le premier avion qui s’est écrasé sur la tour a été en quelque sorte piégé avec une bombe qui a été programmée pour exploser plus tard, après que l’accident ait eu lieu. Mais CNN rapporte qu’il y a eu une troisième explosion qui a conduit le World Trade Center 1 à s’effondrer sur lui-même », ajoute-elle.

Regardez la vidéo

La vidéo s’accorde avec une séquence vidéo que le NIST [National Institute of Standards and Technology] a tenté de garder secrète, où les pompiers du 11 septembre décrivent des explosions secondaires dans le hall de la tour qui ont causé l’effondrement du bâtiment.

Comme nous l’avons souligné la semaine dernière, de nombreux témoins, y compris WTC le gardien William Rodriguez, le surperviseur Anthony Saltalamacchia, et l’employé de gardiennage d’ABM Services Kenneth Johannemann, ont tous décrit des explosions dans le sous-sol des tours avant et après qu’elles aient été frappées par les avions.

Un travailleur depuis 15 ans, Marlene Cruz, et de nombreux autres travailleurs du sous-sol du WTC, y compris Felipe David et Salvatore Giambanco, ont tous été en public depuis les attentats pour parler des explosions secondaires dans les niveaux inférieurs des tours.

La Commission du 11 septembre a complètement ignoré les centaines de survivants, les professionnels, les premiers intervenants, les pompiers et les policiers qui ont déclaré de nombreuses explosions secondaires à tous les niveaux des tours jumelles.

(L’article continue plus bas)

L’histoire officielle dicte que l’effondrement des deux tours a commencé au niveau du point d’impact où les avions ont frappé les bâtiments. Les preuves d’explosions au niveau du sol qui ont contribué à l’effondrement des tours ne viendraient pas confirmer l’insistance du gouvernement selon laquelle l’attaque était uniquement l’œuvre de 19 pirates de l’air agissant au nom d’Oussama ben Laden, ce qui est sans doute la raison pour laquelle le NIST [National Institute of Standards and Technology] a combattu bec et ongles pour empêcher cette vidéo et d’autres d’être publiées.

ARTICLES CONNEXES: Vidéo: Les pompiers du 11 septembre révèlent d’énormes explosions avant que les tours se soient effondrées

ARTICLES CONNEXES: Une nouvelle vidéo du 11 septembre révèle les explosions du WTC 7

ARTICLES CONNEXES: Est-ce que le NIST a modifié la vidéo du WTC 7 pour dissimuler les preuves de l’implosion?

*********************

Paul Joseph Watson est l’éditeur et écrivain pour PrisonPlanet.com. Il est l’auteur de L’Ordre du chaos. Watson est aussi un hôte-invité pour The Alex Jones Show. Watson a été interviewé par de nombreuses publications et émissions de radio, y compris Vanity Fair et Coast to Coast AM, les talk-shows de nuit les plus écoutés d’Amérique.

Cet article a été posté: Vendredi 15 Octobre 2010 à 04h15

Source: http://www.prisonplanet.com/cbs-report-on-911-ground-level-explosion-caused-wtc-to-collapse.html