« Nous donnons de plein gré plus de renseignements à Facebook que nous n’en fournirions au cours d’un interrogatoire »

Un livre partagé sur les réseaux sociaux et qui fait prendre conscience des enjeux sur les données personnelles, à télécharger gratuitement (licence cc-by-sa):

Numérique, reprendre le contrôle: https://framabook.org/docs/NRC/Numerique_ReprendreLeControle_CC-By.pdf

« Cryptoparty et vie privée », lundi 27 avril 2015, à Paris: chiffrement de mails, confidentialité sur Internet, utilisation de Tor…

Voir l’événement: http://paris.intersquat.org/events/event/cryptoparty-et-vie-privee/

Source: https://twitter.com/PartiPirate/status/590814448526434304

Un ex-avocat de la NSA: la cyber-guerre se déroule entre les entreprises de haute technologie et le gouvernement américain

Stewart Baker sur scène au Sommet du Web à Dublin

Stewart Baker a déclaré qu’Apple et Google pourraient être en train de limiter leur activité dans des marchés comme la Chine et la Russie par le chiffrement des données des utilisateurs

The Guardian, Jemima Kiss, 4 novembre 2014

La bataille sur le cryptage des données de service des utilisateurs Internet a planté les entreprises technologiques américaines contre le gouvernement américain lui-même, a déclaré mardi l’ancien avocat général de la NSA, Stewart Baker.

Prenant la parole lors au Sommet du Web à Dublin, Baker a affirmé que les mouvements opérés par Google et Apple et d’autres afin de crypter les données de l’utilisateur étaient plus hostiles à la collecte occidentale de renseignements que pour la surveillance établie par la Chine ou la Russie.

« Le département d’Etat a financé certains de ces outils, tels que Tor, qui a été utilisé dans les révolutions du Printemps Arabe ou pour passer le pare-feu chinois, mais ces crypto-guerres opposent principalement le gouvernement américain et les entreprises américaines, » a-t-il dit dans une conversation avec l’éditeur des projets spéciaux, James Ball.

Lire la suite: http://www.theguardian.com/technology/2014/nov/04/nsa-cyberwar-stewart-baker-cloudflare-snowden

La NSA appelle les utilisateurs d’iPhone des « zombies » et Steve Jobs « Big Brother »

big brother_apple

9 septembre 2013, John Koetsier, VB Insight

Steve Jobs est Big Brother, et tout les publics qui achètent l’iPhone ne sont que des zombies, selon des documents internes de la NSA détaillant sur quoi l’agence a travaillé en termes de piratage de smartphones et d’extraction d’informations personnelles, de connections sociales, d’informations de localisation, et plus encore. Ne vous inquiétez pas, les fans d’Android, vous êtes aussi dans les cibles de la liste.

Selon de nouveaux documents du super-leaker Edward Snowden, la NSA a ciblé des smartphones comme un bénéfice massif de données sensibles que les nouveaux utilisateurs de l’appareil ont créé, stocké, et, finalement, partagé sans le savoir avec l’agence d’espionnage américaine qui a été impliquée dans la controverse depuis lors même que Snowden a commencé à publier des détails sur Prism et XKeyscore et d’autres technologies secrètes d’espionnage de l’agence gouvernementale.

Voici « big brother », selon une présentation de la NSA:

steve-jobs-big-brother-nsaCi-dessus: Steve Jobs en tant que Big Brother, selon la NSA

Et, les clients payants d’Apple ont été vus dans les yeux de la NSA comme des participants idiots désireux de leur propre chute. Un diaporama de présentation de la NSA les identifie péjorativement comme des « zombies ».

Lire la suite: http://venturebeat.com/2013/09/09/nsa-calls-iphone-users-zombies-and-steve-jobs-big-brother/

Pourquoi la NSA casse notre cryptage – et pourquoi nous devrions y être attentif – Matthew Green – TEDxMidAtlantic

Cette conférence a été donnée lors d’un événement local de TEDx, produite indépendamment des conférences TED. Le cryptage remonte aux Pères fondateurs et à la Déclaration des Droits. Maintenant, la National Security Agency des États-Unis casse et sape les technologies de cryptage de base qui alimentent Internet, en disant que cela est fait pour notre propre protection contre les terroristes. Mais sommes-nous en train de sacrifier nos libertés pour la peur?

Matthew Green est professeur adjoint à la recherche de la science informatique à l’Université Johns Hopkins. Ses recherches portent sur la sécurité et la cryptographie informatiques, et en particulier la façon dont la cryptographie peut être utilisée pour promouvoir la vie privée. Son travail inclut des techniques pour accéder en toute sécurité aux bases de données médicales, améliorer l’anonymat des Bitcoin, et analyser les systèmes de sécurité déployés. Avant de rejoindre la faculté Johns Hopkins, il a été un membre du personnel technique principal chez AT & T Laboratories.

(youtube)

La brigade de fouille des poubelles du FBI vient prochainement fouiller les ordures près de chez vous

640px-Dumpster_diving_in_Russia

NetworkWorld, 15 juin 2011

Le Manuel de surveillance domestique du FBI daté de 2011 étend les pouvoirs d’espionnage des autorités fédérales et fera devenir 14.000 agents du FBI en une brigade de fouille des poubelles gratuite pour tous. L’augmentation des droits d’espionnage du FBI ne nécessitera ni cause probable, ni la nécessité d’être soupçonné d’une infraction réelle avant que votre vie soit scrutée. Les autres modifications apportées à la liberté d’espionner du FBI ne comprennent plus de paperasse pour les expéditions de fouille pour les enquêtes formelles, car c’est considéré comme «trop lourd» pour le gouvernement fédéral.

Vous pourriez penser que vous êtes intéressant, mais êtes-vous une personne d’intérêt? Espérons que non, puisque l’édition 2011 du Guide des enquêtes internes et des opérations du FBI invite les agents à prendre les poubelles, en fouillant à plein gaz dans vos ordures tout en fouinant dans votre vie. Charlie Savage du New York Times a rapporté que le nouveau manuel donne de « nouveaux pouvoirs significatifs » à des agents du FBI, y compris le droit « à la recherche des bases de données, d’aller dans les ordures ménagères ou d’utiliser des équipes de surveillance pour examiner les conditions de vie des personnes qui ont attiré leur attention. » Et oui, c’est vrai, ce qui signifie que n’importe qui pourrait être ciblé par opposition à des personnes soupçonnées d’un crime réel. L’idée de la cause probable et le quatrième amendement est de nouveau piétiné. En fait, l’avocat général du FBI Valerie E. Caproni « a rejeté les arguments selon lesquels le FBI devrait se concentrer uniquement sur les enquêtes qui commencent par une raison solide pour suspecter des actes répréhensibles. »

L’ACLU a dit au sujet de ces nouveaux pouvoirs d’espionnage élargis, que le FBI est « déjà bientôt en train d’abaisser le fond des normes en matière de surveillance. » Mais Caproni du FBI a essentiellement qualifié ce réglage de mineur au lieu de parler de révisions majeures apportées au manuel de surveillance domestique. Il n’y aura plus d’obligation d’établir un dossier dans la recherche de bases de données commerciales ou d’application de la loi pour piocher-surveiller les gens, car la paperasserie pour les expéditions de fouille pour une enquête formelle est considérée comme «trop lourde» pour le gouvernement fédéral. Pas plus qu’il n’y aura de règle disant qu’une cible doit être suspectée d’actes répréhensibles avant de l’espionner. D’autres changements comprennent d’assouplir une « restriction sur l’administration des tests au détecteur de mensonge » et l’infiltration des groupes en permettant aux agents de participer à « cinq réunions d’un groupe avant que ces règles soient appliquées. » Oh, et si vous êtes un blogueur, vous êtes seulement considéré comme un membre légitime des médias d’informations si votre blog est « au premier plan » pour bénéficier de la «protection supplémentaire» ou pour que l’enquête exige une « surveillance supplémentaire. »

Lire la suite: http://www.networkworld.com/article/2229486/microsoft-subnet/fbi-dumpster-diving-brigade-coming-soon-to-snoop-in-a-trashcan-near-you.html

Tim Berners-Lee appelle à une déclaration des droits Internet afin d’assurer une plus grande protection de la vie privée

L’inventeur du Web dit que le monde a besoin d’une «Magna Carta» en ligne pour lutter contre le contrôle de plus en plus croissant du gouvernement et des entreprises

tim berners leeTim Berners-Lee, inventeur du world wide web, fait campagne pour le maintien de sa démocratie

TheGuardian, 28 septembre 2014

L’inventeur du World Wide Web a averti que la liberté d’internet est menacée par les gouvernements et les entreprises intéressés par le contrôle du web.

Tim Berners-Lee, l’informaticien britannique qui a inventé le web il y a 25 ans, a appelé samedi à une déclaration des droits qui garantiraient l’indépendance de l’Internet et protégeraient la vie privée des utilisateurs.

« Si une entreprise peut contrôler l’accès à l’Internet, s’ils peuvent contrôler les sites où ils vont, alors ils ont un contrôle énorme sur votre vie », a déclaré Tim Berners-Lee au festival Web We Want sur l’avenir de l’Internet à Londres.

« Si un gouvernement peut bloquer où vous allez, par exemple, les pages politiques de l’opposition, ils peuvent vous donner une vision étroite de la réalité pour se maintenir au pouvoir. »

« Tout à coup, le pouvoir d’abuser l’Internet ouvert est devenu tellement tentant à la fois pour le gouvernement et les grandes entreprises. »

Berners-Lee, 59 ans, est directeur du Consortium World Wide Web, un organisme qui élabore des lignes directrices pour le développement de l’Internet.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.theguardian.com/technology/2014/sep/28/tim-berners-lee-internet-bill-of-rights-greater-privacy

Les Passeports biométriques rendent les choses plus difficiles pour les agents secrets de la CIA

Point de contrôle biométrique au Royaume-UniImage: point de contrôle biométrique dans un aéroport du Royaume-Uni (Wikipedia, « Les portes des Epasseports« )

Par Bruce Schneier

L’année dernière, j’ai écrit sur la façon dont les sites des médias sociaux rendent les choses plus difficiles que jamais pour des policiers en civil. Cette histoire raconte comment les passeports biométriques rendent les choses encore plus difficiles pour les agents de la CIA sous couverture.

Les carrefours très fréquentés de l’espionnage comme Dubaï, la Jordanie, l’Inde et beaucoup de points d’entrée de l’UE emploient des scanners de l’iris pour relier les yeux irrévocablement à un nom particulier. De même, l’utilisation croissante des passeports biométriques, qui sont intégrés à des puces contenant le visage, le sexe, les empreintes digitales, la date et le lieu de naissance d’une personne, et d’autres données personnelles, sont de plus en plus en train de remplacer les anciens [documents] en papier. Pour un agent de terrain clandestin, prendre un vol sous un faux nom pourrait être un aller-simple vers un bureau du siège, car ils sont irrévocablement enchaînés à un nom et à un passeport qu’ils ont utilisé.

« Si vous allez dans un de ces pays sous un alias, vous ne pouvez pas y aller de nouveau sous un autre nom », explique un espion de carrière, qui a parlé sous couvert d’anonymat parce qu’il reste un consultant de l’agence. « Donc, c’est une chose qui ne se produit qu’une seule fois – une seule fois, et c’est fini. Les données biométriques dans votre passeport, et peut-être votre iris, aussi, ont été liées pour toujours au nom qui figurait sur votre passeport pour la première fois. Vous ne pouvez pas vous montrer de nouveau sous un nom différent avec les mêmes données ».

Source: https://www.schneier.com/blog/archives/2012/04/biometric_passp_1.html

Greenwald: La déclaration du GCSB « Nous ne sommes pas engagés dans la surveillance de masse des Néo-Zélandais » ne dit pas la vérité

Leaksource.info, 13 septembre 2014

Dans sa première interview télévisée en Nouvelle-Zélande, Glenn Greenwald parle à The Nation au sujet des fuites d’Edward Snowden et sur la manière dont les agences de Nouvelle-Zélande sont impliquées dans l’espionnage dans le pays et à l’étranger.

Greenwald dit qu’il y a de sérieuses questions quant à savoir si le gouvernement néo-zélandais a dit la vérité sur le changement de loi du Government Communications Security Bureau (GCSB), l’an dernier.

« Ce que je peux vous dire, c’est que la déclaration que le GCSB a faite aux citoyens de Nouvelle-Zélande l’année dernière – « Nous ne sommes pas engagés dans la surveillance de masse des Néo-Zélandais » – en est une qui ne dit pas la vérité. »

Lire l’intégralité de l’article: http://leaksource.info/2014/09/13/moment-of-truth-glenn-greenwald-in-new-zealand-with-kim-dotcom-for-new-revelations-on-gcsb-spying/

Facebook Inc (FB) poursuivi en Europe pour violations de confidentialité

Après que la politique de confidentialité de Facebook soit devenue apparemment délibérément confuse, des violations se sont produites, selon la poursuite

facebook1Facebook Inc (NASDAQ: FB) est confronté à une poursuite en recours collectif en Europe qui pourrait faire ressortir le manque de protection de la vie privée sur Facebook.

Facebook a violé les lois sur la confidentialité en Europe, en participant au programme d’espionnage de la NSA.

L’étudiant autrichien en droit et militant de la vie privée Max Schrems a déclaré vendredi qu’il va défier le réseau social devant le tribunal. Schrems a dit que Facebook a violé les lois sur la confidentialité généralement claires de l’Europe, et n’a pas tenu compte de ses propres conditions d’accord quand il a participé à un programme général d’espionnage exploité par la NSA.

«Nous constatons que Facebook viole les lois de la vie privée de l’UE depuis très longtemps et nous avons voulu prendre des mesures», a déclaré Schrems dans une déclaration à The Christian Science Monitor. « Les problèmes commencent avec une politique de confidentialité que personne ne comprend, [qui est] invalide en vertu de la législation européenne, jusqu’au scandale d’espionnage de la NSA. »

C’est la division Irlandaise de Facebook, dont le siège est à Dublin, qui fait l’objet de la plainte puisque leur domaine relève de la compétence juridique de l’Union européenne.

Lire l’intégralité de l’article: http://www.valuewalk.com/2014/08/facebook-inc-fb-sued-in-europe-over-privacy-violations/

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives