« Il y a un drone avec le nom d’Assange dessus » – William Blum

CIA

John Robles – 28 Janvier 2013, 12:27

Assange sera assassiné s’il est libéré, selon un expert. Dans une interview exclusive avec Voice of Russia, William Blum, un auteur américain, historien, et critique de la politique étrangère des Etats-Unis, s’exprime au sujet des assassinats de la CIA (l’un de ses domaines d’expertise) et de certains de ses travaux passés. M. Blum est franc dans son évaluation des plans d’assassinat de la CIA contre des gens comme le Président du Venezuela Hugo Chavez et le Président de l’Equateur Rafael Correa. Il a aussi des choses très surprenantes à dire sur Julian Assange et Oussama Ben Laden.

Robles: Bonjour M. Blum, c’est un plaisir de parler avec vous. Vous avez une histoire très longue et intéressante… vous avez écrit beaucoup de choses. Vous avez écrit un livre sur la CIA. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet?

Blum: Eh bien, les interventions américaines menées via la CIA et toute l’armée américaine ont relevé de ma compétence pendant beaucoup-beaucoup d’années. Mes livres mettent l’accent sur ces choses. Comme le font mes newsletters mensuelles « Le Rapport Anti-Empire ».

En ce qui concerne la répercussion: le gouvernement US ne dérange pas tant que ça les auteurs américains, parce qu’ils savent que nous n’avons pas autant d’influence que cela, ils peuvent accepter que nous écrivions des choses et que nous y fassions référence comme une preuve de liberté d’expression en Amérique. Donc ils ne font pas attention.

Robles: Je vois. Ils ont dit que vous aviez exposé plus de 200 employés de la CIA.

Blum: C’était en 1969 quand je travaillais pour “Underground Press” à Washington D.C. Moi et un collègue, nous avons garé notre voiture à l’extérieur du siège de la CIA en Virginie, et en l’espace de quelques heures ou plus, nous avons enregistré les numéros de licence d’État de toutes les voitures allant à la CIA. Et avec cette information, nous avons compilé une liste de noms et d’adresses de ces personnes, que nous avons publiés dans notre journal.

Robles: Cela semble très intéressant! Vous avez parlé des complots d’assassinat de la CIA, vous êtes un expert sur ce sujet. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ce que vous savez du complot pour destituer Hugo Chavez?

Blum: Les tentatives d’assassinat? C’était en 2004 – le gouvernement américain a rencontré les vrais comploteurs à la fois au Venezuela et à Washington, et ces gens ont ensuite mené un coup d’État militaire qui a renversé Chavez et l’a conduit en prison, mais il a été libéré au bout de deux jours environ, en raison de la combinaison de l’indignation publique et des témoignages des membres restants de l’armée qui n’avaient pas fait partie du coup d’État. Il a donc eu en réalité à ce moment, et il a encore, beaucoup de soutien dans l’armée. Lui-même, il en a fait partie. Ainsi, une combinaison de l’indignation de l’armée et du public a forcé les comploteurs à abandonner leur plan, et après deux jours, Chavez a été libéré.

Robles: Pouvez-vous nous parler de votre livre “L’État Voyou: Un Guide pour la Seule Superpuissance Mondiale”? Et pouvez-vous commenter l’approbation que vous avez reçu en 2006 de la part d’Oussama Ben Laden?

Blum: C’était supposé être une mini-encyclopédie de toutes les choses crapuleuses accomplies par la politique étrangère américaine. Il y a un chapitre sur l’assassinat, un chapitre sur les attentats à la bombe, et ainsi de suite. Il y a plusieurs chapitres qui couvrent les aspects flagrants et illégaux de la politique étrangère américaine. Cela a compilé ensemble beaucoup de choses dont la plupart des Américains, la plupart des gens dans le monde, ne sont pas au courant.

On peut trouver des éléments individuels de chacune de ces compilations dans certains lieux publics ou autres, mais ma contribution a été de rassembler cela dans de longues tables de données, et c’est sorti aux alentours de l’an 2000. Et ensuite, en 2006, la version arabe du livre, le livre a eu nombreuses traductions étrangères, deux en arabe, dont l’une a été lue par Oussama Ben Laden, et lui, dans un de ses enregistrements audio périodiques, il a fait la remarque que cela rendrait un bon service aux Américains s’ils lisent mon livre et s’ils ont une meilleure compréhension de leur ennemi.

Et je peux seulement deviner que le thème qui, dans ce livre, L’État Voyou, a le plus éveillé son attention et sa sympathie, était un chapitre qui évoquait les motivations des terroristes anti-américains. Contrairement à ce que l’on nous a enseigné, et encore à présent dans une large mesure, on nous disait que ces personnes: haïssaient juste l’Amérique, ou haïssaient la Chrétienté, ou qu’ils étaient juste fous, ou juste envieux de la démocratie et de notre richesse, de toutes ces raisons, mais jamais même un mot pour dire qu’ils ont agi en représailles pour les décennies d’infractions militaires très graves et autres sur les peuples au Moyen-Orient. Toutes sortes de bombardements et de renversements de gouvernements, le soutien aux dictatures, le soutien à Israël, toutes ces choses dont j’ai donné une longue liste d’actions américaines qui ont créé tous ces terroristes anti-américains, et je suppose que c’est pourquoi la plupart se réfèrent à Ben Laden.

Robles: Que savez-vous du complot d’assassinat pour tuer le Président équatorien Rafael Correa? Avant les élections, il doit être assassiné. Correa a fait une déclaration pour dire qu’ils ont découvert un complot visant à l’assassiner.

Blum: Vous parlez de ce mois-ci?

Robles: Oui monsieur. Correa fait cette déclaration disant qu’ils ont découvert un complot pour l’assassiner avant…

Blum: Je n’en doute pas. Je serais plutôt surpris si la CIA n’essayait pas de l’assassiner. Je veux dire, entre autres raisons, il accorde l’asile à Assange! Cela est en soi une raison pour l’assassiner.

Robles: Voulez-vous dire que le simple fait d’avoir accordé l’asile à Assange est suffisant pour que la CIA l’assassine?

Blum: La CIA a tenté d’assassiner des gens pour beaucoup moins de raisons que ça. Assange est l’ennemi public n°1 en Amérique. Les Etats-Unis sont obsédés par lui et ils ont peur qu’il puisse publier plus de documents classifiés, donc ils voudraient vraiment le mettre à l’écart, s’ils le peuvent.

Ils étaient tous prêts à envahir l’Ambassade d’Équateur à Londres, quand le gouvernement britannique en a été dissuadé par son propre peuple: Cela aurait créé un précédent terrible, que les ambassades britanniques à travers le monde n’auraient alors plus été en sûreté. C’était la raison pour laquelle ils ont annulé le plan d’invasion.

Ils sont très sérieux au sujet d’Assange. Je veux dire qu’il doit s’en aller. Il est l’homme le plus pris pour cible dans le monde.

Robles: Vous le pensez? Vous avez dit qu’il est l’ennemi numéro un aux Etats-Unis.

Blum: En ce qui concerne d’être mis à l’écart? Oui. Je dirais que si les Etats-Unis avaient le choix, ils le feraient sortir avant n’importe qui d’autre.

Robles: Donc vous pensez que ses craintes d’être assassiné par la CIA sont assez crédibles? Oui?

Blum: Il y a un drone quelque part avec son nom dessus, et s’ils sort quelque part dehors et n’est pas au milieu d’une grande ville, il est un homme pris pour cible. Il y a une roquette avec son nom dessus, à l’intérieur d’un drone portant son nom. Je ne peux pas imaginer que cela ne soit pas le cas. La CIA a un plan, si vous fouillez autant que moi dans l’histoire des assassinats et ainsi de suite, c’est tout à fait attendu.

Robles: Donc en tant qu’expert, vous dites que c’est tout à fait attendu?! Eh bien! Ok

Blum: S’il sort quelque part se balader libre. Oui.

Robles: Bien sûr. Je vois. Je vois. Hé Bill, merci beaucoup! J’ai vraiment apprécié de parler avec vous.

William Blum est l’auteur de plusieurs livres sur la politique étrangère américaine. Il publie aussi une newsletter mensuelle appelée « Le Rapport Anti-Empire ».

Source: http://english.ruvr.ru/2013_01_28/There-is-a-drone-with-Assange-s-name-on-William-Blum/

Publicités

Kristinn Hrafnsson, porte-parole de WikiLeaks: « Les politiciens instables aux USA sont dangereux »

Kristinn Hrafnsson, porte-parole officiel de WikiLeaks – Photo AFP

John Robles, Voice of Russia, le 20 décembre 2012

Dans une interview exclusive avec Voice of Russia, le porte-parole officiel de WikiLeaks Kristinn Hrafnsson s’exprime au sujet de la FPF (Free Press Foundation, Fondation pour la Liberté de la Presse, ndt) et de leur nouvelle initiative pour fournir aide et assistance à des membres de la presse qui sont persécutés du fait d’essayer de dire la vérité. La FPF offre aussi une manière de contourner le blocus extra-judiciaire et illégal contre WikiLeaks. Il a aussi parlé de politiciens états-uniens instables et dangereux.

Robles: Ici John Robles. Je m’entretiens avec Kristinn Hrafnsson, il est porte-parole officiel de la WikiLeaks Organisation.

(Salutations. Échange à propos du temps qu’il fait)

Pouvez-vous nous parler un peu de la déclaration de guerre par WikiLeaks contre les géants bancaires US?

Hrafnsson: Aujourd’hui marque le début d’un nouvel épisode de cette guerre. Je peux même vous dire que cette guerre fut commencée par les géants de la finance et que nous ne l’avons jamais demandée, ils nous ont déclaré la guerre en décembre 2010 par le biais du blocus bancaire contre WikiLeaks et depuis nous avons connu plusieurs batailles durant cette guerre, sur le front judiciaire, et remporté des succès sur plusieurs fronts; aujourd’hui bien sûr nous avons gagné beaucoup de soutien depuis les USA où la nouvelle organisation, la FPF, a ouvert un site web, permettant les dons à WikiLeaks et à d’autres organisations qui se battent pour la transparence et pour mettre fin au secret le ridicule secret qui engloutit en ce moment nos nations occidentales.

Robles: Elle se nomme la Free Press Foundation, c’est celà?

Hrafnsson: Oui.

Robles: Alors ils disent qu’ils fournissent du « crowd-source fundraising » pour des organisations et des individus qui se font attaquer pour l’expression de la vérité. Qu’est-ce exactement que le crowd-source financing et qui déterminera si une personne est attaquée pour avoir dit la vérité?

Hrafnsson: Je présume que le conseil de la fondation décidera quels individus ou organisation sera placée dans le comité de choix sur le site web et ensuite il revient à la personne qui fait le don à la fondation de décider par elle-même comment diviser le don entre telles organisations ou tels individus qui y sont enregistrés et qui est directement accessible au public, et je pense pour soutenir l’initiative du combat pour la transparence et l’ouverture et combattre contre le secret.

Robles: Qu’est donc exactement le crowd-source financing? Qu’est-ce que c’est, exactement?

Hrafnsson: Dans son essence, bien sûr, cela va directement au public et finance des initiatives, des batailles ou des publications directement par la main d’individus au travers de petits dons financiers. Par essence WikiLeaks a bien sûr toujours été une organisation plus ou moins « crowdsourcée » puisque tous nos revenus sont provenus de petits ou de moyens dons d’un grand nombre d’individus, des dizaines de milliers de personnes.

Robles: Et j’entends donc que l’organisation a commencé son travail aujourd’hui. Avez-vous déjà eu des résultats initiaux?

Hrafnsson: Je n’ai pas entendu de résultats initiaux. Je veux dire ils ont eu une conférence de presse un peu plus tôt et elle se poursuit peut-être encore, en fait. Je n’ai pas d’information si ils ont énoncé des chiffres mais ceci a retenu quelque attention des médias, de l’attention de personnes qui portent ce message, donc j’espère que ceci sera une importante initiative résultant en du bon travail par WikiLeaks et les autres organisations qui sont retenues par la fondation.

Robles: Y a-t-il des chances que les ainsi-nommés géants de la finance, qu’ils puissent en fait bloquer la Freedom of the Press Foundation?

Hrafnsson: J’ai beaucoup de mal à croire qu’ils puissent en fait le faire. La fondation a le statut d’organisation caritative reconnue aux USA et je ne vois pas du tout comment ils pourraient entamer la moindre action contre la fondation. Et si c’est le cas, je suis à peu près sûr qu’ils trouveront un tribunal ouvert les attendant avec des avocats éminents, contre-attaquant toute tentative d’y mettre un terme.

Robles: Une question technique, est-il possible que la quantité d’argent allant à WikiLeaks puisse être pistée ou bloquée d’une manière ou d’une autre ou ceci vous préserve-t-il, en quelque sorte?

Hrafnsson: La fondation gère le site avec attention de façon à ce qu’il n’y ait aucune possibilité de pister les donations individuelles à leur source, donc cela sera parfaitement sûr. Comme je l’ai dit plus tôt, la fondation a le statut d’organisme de charité reconnu aux USA et bien sûr aucune des organisations, y compris WikiLeaks qui sont sur le site web et auxquelles vous pouvez faire des dons ont été mises en accusation pour quoique ce soit où que ce soit sur la planète; (WikiLeaks) a même reçu l’aval de la US Treasury il y a pas mal de temps quand il y avait eu une tentative par des politiciens US sur la US Treasury de mettre l’organisation sur liste noire. Ils n’y avait aucune charge retenue contre WikiLeaks et il eut été complètement absurde qu’il y ait eu quelque tentative pour essayer de pister les dons ou d’essayer de stopper cette initiative, et ceci serait vraiment accueilli, j’en suis sûr, avec une immense clameur de la part de tout le monde aux USA et dans le reste du monde.

Robles: WikiLeaks n’a jamais, pas une seule fois, été mis en accusation où que ce soit pour avoir commis quelque crime que ce soit en publiant ce qu’ils ont publié. N’est-ce pas correct?

Hrafnsson: WikiLeaks n’a jamais été mis en accusation pour quoique ce soit où que ce soit, à travers son histoire, et il a eu de grands mots prononcés et des prétentions à l’illégalité de la part de politiciens et de commentateurs aux USA à la suite de nos publications en 2010, mais les paroles de politiciens instables sont une chose et des accusations formelles que nous n’avons jamais reçues nulle part en sont une autre.

Robles: Comment les avez-vous appelés? Des politiciens instables?

Hrafnsson: Eh bien, je les appelle politiciens instables, les membres du Tea Party qui se sont avancés et ont appelé à des attaques de drones, appelant à l’assassinat de Julian Assange ou d’autres chefs d’organisations. Je les appelle des individus instables qui sont emplis de paroles de haine et en gros crachent sur eux par le biais des médias, ce qui est en soi une chose très grave. CEla aurait pu provoquer, ou inciter d’autres individus instables à accomplir réellement de tels actes. Donc, c’est extrêmement grave d’entendre et d’être témoins de ce genre de scénarios de la part de politiciens élus dans une soi-disante démocratie.

Robles: J’aime beaucoup cette phrase – politiciens instables.

Hrafnsson: Vous êtes bienvenu de vous en servir à m’avenir peut-être avec un lien vers le site web, de la vidéo que nous avons compilée: une collection de ces commentaires qui ont été émis à l’encontre de Julian Assange et de WikiLeaks qui est plutôt intéressante à visionner. C’est à vous rendre bouche-bée que de les voir en une fois dans un clip de quelques minutes.

Robles: Quelle en est l’adresse, pouvez-vous la donner à nos auditeurs?

Hrafnsson: Elle est sur notre site web Wikileaks.org et elle a aussi été téléchargée sur YouTube et devrait facilement y être trouvée.

Robles: Ok Kristinn, merci beaucoup. Avez-vous quoique ce soit d’autre avec lequel vous voudriez finir?

Hrafnsson: Non merci, je vais bien, je voulais juste ajouter qu’aujourd’hui c’est le 25è anniversaire de Bradley Manning, son 3è anniversaire derrière les barreaux sans procès.

Robles: Tout le monde, bon anniversaire à Bradley Manning, de moi, de Kristinn aussi et merci encore pour m’avoir parlé j’apprécie vraiment beaucoup.

Source: http://english.ruvr.ru/2012_12_20/The-unstable-politicians-in-the-US-are-dangerous-WikiLeaks-spokesperson/ et http://www.wikileaks-forum.com/index.php/topic,16750.msg43397.html#msg43397

Traduit depuis le web par willsummer

Interview exclusive: Réponse d’Anonymous sur WikiLeaks et leurs combats pour la liberté d’informer

par John Robles, le 28 octobre 2012, à 16:44 heure de Moscou

Le modèle de WikiLeaks est devenu insoutenable du fait qu’il possède une tête et peut donc être décapité ainsi que nous en sommes témoins avec Assange, et la plateforme TYLER d’Anonymous vient pour circonvenir à ce problème. « La situation avec Julian Assange ne va pas changer – c’est une chasse aux sorcières ». Anonymous espère qu’il porte sa candidature au sénat et obtienne l’immunité diplomatique. « L’un des accusateurs d’Assange a des liens avec la CIA et nous n’en entendons quasiment jamais rien sur CNN, contrôlé par l’Etat ». Le gouvernement US s’efforce de légaliser la propagande à l’encontre du public états-unien. Anonymous proclame que ses propres méthodes peuvent être le dernier espoir pour diffuser de l’information sur la corruption sans crainte d’une incarcération illégale.

Cher Lecteur, chère Lectrice,

Après avoir écrit mon article sur un schisme entre WikiLeaks et Anonymous, dans lequel je demandais à Anonymous et à WikiLeaks de bien vouloir me contacter au sujet de cette situation, Anonymous fut assez aimable pour le faire. Je demandai une interview Audio ou en studio mais c’était impossible à cause de leurs besoins en sécurité. Nous nous accordâmes sur une interview via e-mail, les résultats desquels ont été publiés la semaine dernière.

Au cours du temps qui s’est écoulé un autre membre d’Anonymous rassemblait les réponses à toutes mes questions de la part du groupe et s’arrangea pour que le son soit inclus. Les sources ont été authentifiées. La voix digitalisée est là pour protéger l’identité du/des membre(s) d’Anonymous, qui désire(nt) demeurer anonyme(s). Les réponses ci-dessous reflètent l’opinion d’un nombre aléatoire issu du groupe entier après une semaine de sondage de leurs opinions, alors que dans notre interview antérieure était plus limitée dans son étendue en termes du nombre de participants. Anonymous fait référence à la conscience collective du groupe comme à une « ruche » et déclare que pour obtenir un feedback approprié il faudrait demander la participation de plus de 9000 Anons.

Je pense qu’il est important de noter qu’Anonymous est une entité vivante qui s’adapte, assimile et est flexible au sein de l’environnement dans lequel elle (Anonymous, ndt) se trouve. Pour ce qui est de WikiLeaks et d’Anonymous eh bien, j’imagine que vous pourriez dire, avec de la licence littéraire, qu’ils se sont embrassés et raccommodés.

Je crois à la protection de mes sources, comme l’ont fait mes merveilleux supérieurs, et il a donc été convenu de se servir de la voix. Merci pour votre attention et restez, s’il vous plaît, avec Voice of Russia. Il y en a davantage à venir…

John

Interview avec le groupe hacktiviste Anonymous, 1ère Partie.

Robles: Pouvez-vous nous donner d’autres raisons, qui n’aient pas encore été publiées, expliquant pourquoi Anonymous et WikiLeaks ont décidé de prendre des chemins différents?

Anonymous: Il n’y a pas de positionnement officiel d’Anonymous sur WikiLeaks. Tout Anonymous ne s’est pas séparé de WikiLeaks (gardez à l’esprit qu’Anonymous est fréquemment abusé par des idiots et des infiltrateurs qui essayent de publier des absurdités pour nous discréditer). Soyons directs et clairs: WikiLeaks fait du bon boulot et nous savons tous ce qui a été fait à Assange jusqu’à maintenant. Anonymous défend la liberté de parole ainsi que la liberté d’information.

Sur les bases de la polémique sur WikiLeaks au sujet du paywall où il était impossible pour le visiteur en ligne d’accéder à leurs câbles sans faire une donation. Quelques Anons y ont vu une ‘claire’ censure de l’information et ont craint que WikiLeaks ne devienne ce contre quoi ils s’étaient naguère battus. C’est la raison pour laquelle il existe aujourd’hui des sites comme Par:AnoiA (par-anoia.net)qui diffusent de l’info séparément de WikiLeaks. Mais une fois de plus – au bout du compte il s’agit de liberté de parole et de liberté d’information. Cela n’aurait aucun sens de ne PAS soutenir la transparence et la non-divulgation de sources. Comme vous pouvez le voir en fin de compte nous n’avons pas besoin d’être d’accord les uns avec les autres tout le temps.

Le modèle de WikiLeaks a cependant prouvé son insoutenabilité, du fait qu’il possède une tête et peut donc être décapité ainsi que nous en sommes témoins avec Assange. Aucune crainte TYLER arrive pour y circonvenir.

Robles: Il y a eu des déclarations selon lesquelles Anonymous projetait de diffuser des dossiers secrets concernant WikiLeaks, pouvez-vous nous donner quelques détails sur ces dossiers et sur le genre de révélations qu’ils fourniront?

Anonymous: Où avez-vous eu cette info?

Robles: Si WikiLeaks descend les tuyaux (de la justice, ndt) comment pensez-vous que cela affecte Julian Assange et sa situation actuelle?

Anonymous: C’est de la spéculation plutôt sauvage, là. Nous n’avons pas plus de boule de cristal que nous n’aimons « dire la bonne aventure ». La situation actuelle comprend suffisamment d’emplois et de soucis pour s’en concerner. La situation actuelle avec Julian Assange ne va pas changer – c’est une chasse aux sorcières. Nous espérons qu’il se porte candidat au sénat et qu’il obtienne l’immunité diplomatique.

Sa situation est malheureuse parce que la réponse des ministères est évidemment exagérée. Il y a de nombreux articles d’information à même d’amener le public à croire que les charges contre lui sont fausses mais ils sont rarement rapportés.

L’un de ses accusateurs, par exemple, a des liens avec la Central Intelligence Agency (CIA, ndt) et nous doutons que vous en entendiez jamais quoique ce soit sur CNN, média contrôlé par l’état.

Robles: Pouvez-vous nous dire quelque chose que personne d’autre ne connaît au sujet de TYLER?

Anonymous: Le secret est qu’il n’y a PAS de secret. N’en dirai pas plus pour une bonne et simple raison – la liberté de l’information. Compris? Nous disons ce que nous pouvons dire, de plus: nous serions vraiment heureux, si les journalistes s’intéressaient davantage au contenu des infos/câbles plutôt que d’aller vers ce qu’ils pensent être des secrets ou du drame. Ceci nous aiderait à atteindre une nouvelle étape dans la diffusion de la vérité au public, sur des choses dont les gens devraient vraiment se préoccuper. Ou peut-être, oui…

Robles: De quelles manières TYLER sera-t-il meilleur que WikiLeaks?

Anonymous: TYLER sera un ergo de Structure du Cypher-espace en Wiki-P2P Massivement Distribué Incensurable et Collaboratif pas de système centralisé, pas de têtes – ceci évitera tous les problèmes liés au fait d’avoir un porte-parole: les problèmes Assange.

Robles: Y avait-il une raison spéciale pour avoir choisi la date du 21 décembre 2012? Certaines personnes croient qu’à la date où toutes les planètes s’alignent et que le calendrier Maya se termine, le monde, tel que nous le connaissons, va prendre fin.

Anonymous: Ainsi que vous avez sans doute fait vous-même la recherche, le calendrier Maya continue. Beaucoup de personnes pensent que c’est un point d’ascension, un changement de la conscience globale. Le mème du 21/12/2012 peut être utilisé pour faire ressortir de fortes émotions depuis l’intérieur de la psyché humaine, surtout dans la culture occidentale où l’apocalypse est le bouton rouge. OU peut-être croyons-nous vraiment que ceci causera la fin du monde… Qui sait. ;)

Juste une petite clarification: TYLER n’est pas destiné à être activé le 21 décembre. La date réelle de publication est le 12 décembre. Veuillez regarder cette vidéo http://www.youtube.com/watch?v=FUz-Dhk7dYU pour plus d’informations.

Robles: Quelle est la situation actuelle de tous les membres d’Anonymous qui ont été mis en accusation aux USA? Pouvez-vous nous fournir des détails sur les développements de leurs affaires respectives?

Anonymous: Nous n’allons pas parler d’affaires en cours, en plus des informations dont tout le monde dispose déjà, de toute façon. Nos frères et sœurs qui sont tombé(e)s ne seront toutefois jamais oubliés. L’information est largement disponible dans leurs comtés et juridictions respectives pour davantage de renseignements vous pouvez aller sur http://freeanons.org/ et http://wiki.par-anoia.net/wiki/Main_Page .

Robles: Quelle est la philosophie sous-jacente des Anonymous?

Anonymous: Nous n’avons pas « d’agenda » – nous sommes des êtres humains qui sommes inquiets des choses que nous voyons, qui se déroulent dans le monde en ce moment-même, et nous exprimons nos préoccupations: c’est une question d’exposition de la corruption, de liberté de parole, de liberté d’information et de protection de l’Internet, qui est l’éther duquel la libération émergera. Au-delà de cela, il s’agit d’exposer qui sont réellement les élites dirigeantes et comment ils manipulent et asservissent l’humanité. (Attends… Je croyais que NOUS étions l’élite? Lulz :D )

En général le soutien de la justice et des droits humains universels semblent être au cœur d’Anonymous en cet instant. C’est difficile à définir, parce qu’Anonymous est constamment en train de changer. Ses principes sont définis par des décisions collectives. Jusqu’ici, toute personne ayant essayé de faire dérailler l’idée de promotion de l’égalité universelle et de réelle justice a été attaquée par des Anons et dénoncée.

Robles: Qu’auriez-vous à dire à ceux qui disent que vous êtes des criminels?

Anonymous: « Dire NON à un gouvernement est-il un crime? » Nous les encouragerions à s’éduquer eux-mêmes, de penser hors des jalons préconçus tout en se servant de leur logique. Nous les instruirions probablement aussi sur certaines distorsions médiatiques qui jouent un grand rôle lorsqu’il s’agit de thèmes comme celui-ci. En fonction de cette logique. Ils auraient alors à appeler les manifestants aux piquets de grève des criminels.

Robles: Décrivez s’il vous plaît la nature décentralisée d’Anonymous, pourquoi n’y a-t-il pas de portes-parole officiels et pourquoi en est-il ainsi?

Anonymous: Anonymous est un collectif à maillons peu serrés. S’il y avait des leaders ou un porte-parole officiel Anonymous pourrait être affaibli ou à portée des FEDs (police fédérale US, ndt). Ceci donne du pouvoir à Anonymous. Veuillez visionner cette vidéo qui explique magnifiquement cette idée: http://www.youtube.com/watch?v=UIARz-RE_T8 .

Anonymous n’est pas une idée. Pas un objectif immédiat. C’est magnifique la manière dont, à l’intérieur de la structure collective vous êtes absolument libres. Chacun, chacune a ses propres raisons d’être Anonymous. Nous nous ressemblons tous et toutes mais derrière le masque nous sommes des personnes individuelles, des personnes qui ne voulons pas être commandé(e)s.

Ayez à l’esprit que, toute action que vous entreprenez, quand elle est véritablement choisie par vous-même et pas du fait du commandement de qui que ce soit amène à un engagement de 100%. « Unis nous tenons debout divisés nous tombons » (le slogan « United we stand divided we fall, ndt)

Robles: Pouvez-vous discuter de certaines des tentatives par des agences de renseignements et des organismes des forces publiques pour infiltrer Anonymous?

Anonymous: Ces tentatives ont toujours été et seront toujours là. Pour nous elles sont bonnes en termes de conscience publique. Nous espérons que les raisons de nos actions, ainsi que les actions elles-mêmes soient transportées dans le domaine public avec ces histoires d’infiltration. De manière générale ceci veut dire pour nous qu’Anonymous n’est pas seulement un jeu, mais il faut être conscient de ses actes et aussi être capable de se préoccuper de sa sécurité. C’est pourquoi nous avons des canaux spécifiques dans notre communication afin de fournir aux nouveaux Anons des informations de sécurité &c.

À la fin le jeu tourne autour du nom. Comme nous sommes Anonymes nous ne partageons pas d’informations personnelles. Tout comme nous sommes dressé(e)s ensemble par nos idées et nos idéaux c’est une autre manière de nous protéger nous-mêmes. Nous souhaitons fournir aux gens la référence des livres d’histoire sur ce sujet. Vous devriez investiguer un groupe d’activistes pendant la guerre du Vietnam connu sous le titre de « Camden 28« .

Le public états-unien en particulier devrait être conscient du fait que dans le National Defense Authorization Act de 2013 (NDAA, ndt), le gouvernement fédéral US tente de rendre légal l’usage de la propagande contre le public de la nation, une chose qui a été illégale depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. C’est une réforme de la Loi Smith-Mundt. Les gens doivent en prendre conscience car ceci pourrait permettre au gouvernement de financer des comptes des médias sociaux pour marionnettes de tissu, quelque chose qui est déjà en train de se produire. Le gouvernement israélien est fameux pour l’utilisation de ce genre de techniques contre sa propre population.

Robles:Pouvez-vous nous fournir des détails spécifiques sur les tentatives du FBI/CIA/MI-6 pour s’en prendre aux vôtres, influencer les Anonymous et l’infiltration &c?

Anonymous: Non, nous ne fournirons aucun détail particulier.

Robles: Pourquoi vos membres sont-ils/elles prêt(e)s à mettre leurs vies en jeu pour votre cause?

Anonymous: C’est le réel activisme ou hacktivisme (Internet). Si vous vous contentez de vivoter et de regarder la TV ou quelque chose du même acabit, rien ne changera. Des vies en jeu? Nous nous érigeons pour l’humanité toute entière. Pensez-vous que Gandhi ait mis sa vie en jeu seulement pour son propre bénéfice?

Il y a ceux et celles qui sont quelque peu éveillé(e)s au fait de l’occupation bancaire de cette planète et il y a ceux et celles qui sont assoiffé(e)s de vérité mais ne parviennent pas à comprendre comment la dénicher! Ils savent que quelque chose ne va pas avec leurs vies et surtout pour les vies des plus pauvres parmi les pauvres. Tous et toutes veulent débarrasser le monde de la pauvreté, et c’est faisable si seulement c’était permis. Si nous devons mettre nos cous sur le billot pour exposer les banquiers qui ne le permettent pas… Alors ainsi soit-il.

J’imagine que vous pouvez nous considérer comme des dommages collatéraux. Nous constatons tout autour du monde ces chaînes d’événements et d’influences d’actions que les citoyen(ne)s ‘moyen(ne)s’ ne voient pas ou ne veulent pas voir. Quelques ami(e)s qui sont journalistes aux USA et au Moyen-Orient, s’opposent ouvertement à la corruption et sont fréquemment détenu(e)s/arrêté(e)s, et certain(e)s sont même placés en détention pénitentiaire.

Anonymous est peut-être notre dernier espoir pour diffuser de l’information nécessaire au sujet de la corruption sans crainte d’incarcération illégale. Il n’y a pas de héros ici. Nous faisons tout ceci activement parce que c’est la bonne chose à faire quelles qu’en soient les conséquences.

Fin de la première partie.

La voix est digitalisée (*, ndt) dans cette interview pour préserver l’identité de l’orateur/rice qui désire demeurer anonyme et parle pour le mouvement ou groupe dans son entièreté. Après la publication de notre dernière interview j’avais demandé le son, si cela était possible. Du fait de questions de sécurité il a été impossible de mener une interview téléphonique normale. Le collectif Anonymous entier, ou du moins suffisamment d’entre eux/elles pour être sûr(s) qu’ils s’exprimaient au nom de tous les membres, se sont réuni(e)s et au cours des deux dernières semaines ont collectivement répondu à chacune des questions. La voix digitalisée est la voix officielle d’Anonymous dans sa totalité.

* – NOTE: Il n’a pas été possible au traducteur et rédacteur de cet article de reproduire ici l’image ET la vidéo du lien original. Vous pouvez l’écouter en la téléchargeant depuis le lien fourni sous la photo ci-dessus ou en cliquant sur le lien source de cet article, en bas de page – willsummer.

Source: http://english.ruvr.ru/2012_10_28/We-stand-for-all-humanity-and-the-freedom-of-speech-and-information-interview-with-Anonymous-part-1/

traduit depuis le web par willsummer

WikiLeaks: La guerre bancaire avec des géants – Entretien avec Kristinn Hrafnsson

Par John Robles, 6 août 2012

WikiLeaks s’efforce d’emmener les grandes puissances financières en procès et de les faire payer une compensation pour les immenses dommages qu’ils ont causés. Dans un entretien avec « The Voice of Russia », le porte-parole officiel de WikiLeaks Kristinn Hrafnsson affirme que c’est pour le salut de toutes les autres organisations comprenant des médias qui pourraient être confrontées à un tel blocus. Il parle également des Syria Files et d’Assange attendant une réponse équatorienne une fois que les Jeux Olympiques seront terminés.

Pouvez-vous un peu renseigner nos auditeurs sur la situation de WikiLeaks, avec la nouvelle diffusion et le scandale bancaire?

KH: Nous menons un grand combat sur beaucoup de fronts en ce moment. Bien sûr, nous surveillons à une certaine distance la tentative du gouvernement US de poursuivre des membres de WikiLeaks. Il est devenu apparent au cours des dernières semaines que ceci est une situation très très sérieuse. Des personnes ont été citées à comparaître devant un Gand Jury à Alexandria en Virginie, sur la base de possibles violations de l’Espionage Act de 1917 des États-Unis qui permet des peines allant jusqu’à la peine de mort.

Il a aussi été révélé que le FBI a rassemblé plus de 40.000 documents dans l’enquête sur WikiLeaks. Donc, nous sommes très inquiets des tendances ici et pensons que l’accusation formelle est imminente à l’encontre de Julian Assange et peut-être pour d’autres personnes associées à WikiLeaks. Vous avez mentionné, bien sûr, le blocus bancaire sur lequel nous avons mis un accent très fort, non seulement à cause de WikiLeaks, mais pour toutes les autres raisons. C’est la première fois que les principales puissances financières – MasterCard, Visa, PayPal, Western Union, Bank of America, – se sont liguées contre l’organisation qui se bat simplement pour la transparence et la responsabilité. Donc le blocus bancaire est un problème à prendre très au sérieux. Nous avons dépensé beaucoup de nos ressources et de temps à le combattre. Et maintenant nous voyons la première indication que ce combat va livrer un bon résultat. Il y a juste quelques semaines, nous avons gagné un procès à Reykjavik, en Islande, contre Valitor, qui est l’ex-Visa Iceland. Ce fut une décision judiciaire qui ouvrit la passerelle de traitement.  Ils ont fait appel de ce dossier et nous les confronterons devant la Cour Suprême islandaise.

WikiLeaks a ouvert une passerelle pour cartes de crédit en France par le système Carte Bleue pour transférer les donations. L’environnement légal en France est tel qu’il est extrêmement compliqué pour les géants basés aux USA de le fermer. Et s’ils essaient, nous avons des dossiers de plaintes en procès qui sont prêtes et nous les emmènerons en procès en France. Donc c’est toujours un cas ouvert. La possibilité est là pour faire des dons à WikiLeaks. Nous avons, bien sûr, d’autres procès en attente, un – au Danemark, cet automne, et en Angleterre, aux USA, en Australie et ailleurs.

Notre objectif est d’amener les géants en procès et de les faire payer des dommages et intérêts pour les immenses torts qu’ils ont causés à l’organisation. Mais laissez-moi souligner, ceci n’est pas seulement pour le salut de WikiLeaks, c’est pour la sauvegarde de toutes les autres organisations, même des organisations médiatiques qui pourraient faire face à de tels blocus. Il est extrêmement important de répliquer et d’arrêter ce processus ici et maintenant afin que nous ne voyions pas à l’avenir ces géants de la finance décider du sort de ceux qui vivent de ce secteur.

Pouvez-vous répondre à une question? Comment les États-Unis appliquent-ils une loi US telle que l’Espionage Act à des citoyens d’autres nations?

KH: Nous savons juste que des personnes ont été citées à comparaître sur les bases de cette loi. Quand la politique entre dans la partie, les lois peuvent être tordues. La manière dont ils vont essayer de l’appliquer à des citoyens d’autres nations suscite beaucoup d’inquiétudes. C’est au-delà de ma compréhension. Mais je suis sûr qu’ils vont essayer de trouver le moyen de le faire.

Pouvez-vous nous parler de votre dernière diffusion? Et je sais que vous avez été questionné à propos de Julian beaucoup, beaucoup de fois. Pouvez-vous dire à nos auditeurs quelque chose que vous pourriez savoir sur l’affaire?

KH: Pour ce qui est de votre question sur la diffusion actuelle, les Syria Files, c’est un lot de courriels concernant le gouvernement syrien éclairant non seulement les rouages internes du gouvernement syrien et des responsables, mais aussi sur le sujet de l’opposition en Syrie. Ce que nous, bien sûr, espérons avec cette diffusion, c’est que l’information apporte à la connaissance de la situation actuelle en Syrie qui est très grave et qu’elle puisse mener à une issue acceptable.

Vous m’avez demandé pour Julian Assange. Il est toujours dans l’ambassade équatorienne et attend la décision des autorités équatoriennes pour savoir s’ils acceptent sa demande d’asile politique en Équateur. Les autorités équatoriennes ont indiqué qu’elles attendraient après la fin des Jeux Olympiques pour donner leur réponse finale. Ils se sont servis de ce temps pour rassembler des informations sur les menaces imminentes des USA, sur l’affaire suédoise et sur la position des autorités du Royaume-Uni. Nous n’en connaissons donc pas l’issue, jusqu’à ce que les autorités équatoriennes soient prêtes à annoncer leur décision. Pour ce qui est de Julian – ce n’est évidemment pas une chose facile d’être enfermé à l’intérieur pendant des semaines, mais il tient plutôt bien le coup.

Une dernière question. Vous avez dit que des membres de WikiLeaks étaient ciblés par le gouvernement US.

KH: Sept individus – fondateurs et membres de WikiLeaks – font l’objet d’enquêtes par le FBI. Ceci a été révélé pendant une audience de l’affaire Bradley Manning. Nous n’avons pas davantage de détails sur leurs identités. Mais nous savons bien par contre que des personnes qui ont été associées à WikiLeaks même juste comme volontaires ou supporters, – ils ont été détenus, leurs ordinateurs ont été confisqués, etc. Alors c’est une situation extrêmement sérieuse.

Vous avez dit que le Grand Jury avait eu lieu.

KH: Nous avons la confirmation qu’il est en cours. Évidemment, c’est à huis clos, donc les seules informations qui en aient filtré proviennent de personnes qui y ont été citées à comparaître. Mais cela a été confirmé. C’est une partie archaïque de notre système qui ne peut que rester corrompue. Et il devrait apparaître étrange pour toute saine démocratie de garder des systèmes où ceux qui font l’objet d’enquêtes n’ont absolument aucune représentation et aucune possibilité de surveiller ce qui se fait.

Source: http://english.ruvr.ru/2012_08_06/WikiLeaks-banking-war-with-giants-interview-with-Kristinn-Hrafnsson/

Pour faire un don à WikiLeaks depuis la France: https://secure.fdn2.org/fdn2/nouser

Et ailleurs… (en anglais): http://shop.wikileaks.org/donate

Traduit depuis le web par willsummer

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités