Les Etats-Unis ont menti sur les attaques du 11 septembre pour justifier et lancer des guerres, selon un analyste

Mike Harris commente le 11 septembre

Les attaques du 11 Septembre 2001 aux États-Unis étaient un « mensonge » perpétré par le gouvernement pour justifier le lancement de deux guerres dévastatrices et « tuer des millions de personnes », a déclaré un journaliste américain à Phoenix.

Le rapport officiel de la Commission du 9/11 [11 septembre] sur les événements qui ont précédé les attaques du 11 septembre était un « mensonge » pour « continuer la guerre » menée par l’armée américaine, a déclaré Mike Harris, rédacteur en chef de la revue en ligne Veterans Today.

« Il est temps d’avoir une enquête légitime sur ce sujet parce que le peuple américain et le monde ont reçu des mensonges à ce sujet, » a déclaré Harris à Press TV, lundi. « Il n’y a aucune chance que ce qui est dit dans l’histoire officielle soit ce qui est arrivé, il n’y a aucune chance que 19 hommes avec des cutters aient fait tomber les tours jumelles », a remarqué Harris.

« C’était quelque chose d’autre, quelque chose de beaucoup plus grand, quelque chose de beaucoup plus meurtrier et il est temps que le monde voit cela exposé et [il est temps] de traduire les auteurs, chacun d’entre eux, en justice par tous les moyens possible, » a-t-il dit.

« Les Etats-Unis ont été entraînés dans deux guerres construites sur des mensonges, l’Irak n’avait rien à voir avec le 9/11 [11 septembre], l’Afghanistan n’avait rien à voir avec le 9/11 [11 septembre], nous avons dépensé des milliards de dollars, nous avons perdu des milliers de vies, les États-Unis ont tué des millions de personnes, tout cela basé sur des mensonges, sur la base du 11 septembre parce que les gens voulaient gagner de l’argent dans une guerre continue « , a-t-il déclaré.

Un ressortissant français, qui purge la prison à vie pour des accusations de terrorisme aux États-Unis après les attentats du 9/11 [11 septembre], affirme que la famille royale saoudienne a aidé à financer les attentats.

Zacarias Moussaoui, d’origine marocaine, a déclaré qu’un prince saoudien anonyme a payé des leçons de pilotage pour lui et 19 autres terroristes, dont 15 citoyens saoudiens, qui auraient détourné les avions dans les attaques du 11 Septembre 2001 contre les États-Unis.

Moussaoui a été condamné à perpétuité en 2006, après avoir reconnu les accusations de terrorisme. Il aurait demandé à témoigner de nouveau, mais sa crédibilité reste dans le doute alors que l’Arabie saoudite tout comme Oussama ben Laden avaient nié toute implication dans les incidents du 11 septembre.

Les responsables américains affirment que les attaques ont été menées par des terroristes d’Al-Qaïda, mais de nombreux analystes disent que c’était une opération sous fausse bannière et que ben Laden était juste une marionnette pour le complexe militaro-industriel américain.

Ils croient que des éléments incontrôlés au sein du gouvernement américain ont orchestré ou du moins encouragé les attaques du 9/11 [11 septembre] afin de stimuler l’économie américaine et faire progresser l’agenda sioniste.

AHT / GJH

Source: http://www.presstv.ir/detail/2014/11/18/386456/us-lied-about-911-to-wage-war/

Publicités

Controverse sur les origines et les liens entre Al-Qaïda et la CIA

Leaders d'Al-Qaïda (depuis la gauche), Ayman al-Zawahiri, Oussama Ben Laden et Mohammed AtefPhoto: Leaders d’al-Qaïda (depuis la gauche): Ayman al-Zawahiri, Oussama Ben Laden et Mohammed Atef

BBC News, 20 juillet 2004

Les origines et les liens d’Al-Qaïda

Al-Qaïda, qui signifie «la base», a été créé en 1989 alors que les forces soviétiques se retirent d’Afghanistan et qu’Oussama Ben Laden et ses collègues ont commencé à chercher de nouveaux jihads.

L’organisation a grandi sur le réseau de volontaires arabes qui s’étaient rendus en Afghanistan dans les années 1980 pour combattre sous la bannière de l’Islam contre le communisme soviétique.

Au cours du jihad anti-soviétique, Ben Laden et ses combattants ont reçu un financement américain et saoudien. Certains analystes estiment que Ben Laden lui-même avait reçu une formation à la sécurité de la part de la CIA.

Le « Afghans arabes« , comme on les appelait, étaient aguerris et hautement motivés.

Au début des années 1990, Al-Qaïda a opéré au Soudan. Après 1996, ses sièges ainsi qu’une douzaine de camps d’entraînement ont été déplacés en Afghanistan, où Ben Laden a forgé une relation étroite avec les Talibans.

La campagne américaine en Afghanistan à partir de fin 2001 a dispersé l’organisation et l’a conduit en souterrain, alors que ses personnels ont été attaqués et ses bases et camps d’entraînement détruits.

Les cellules à travers le monde

L’organisation est pensé comme opérant dans 40 à 50 pays, et pas seulement au Moyen-Orient et en Asie, mais aussi en Amérique du Nord et en Europe.

En Europe occidentale, on a connu ou suspecté des cellules à Londres, Hambourg, Milan et Madrid. Celles-ci ont été d’importants centres de recrutement, de collecte de fonds et de planification d’opérations.

Pour l’entraînement, le groupe favorise les zones de non-droit où il peut opérer librement et en secret.

Attaques attribuées à al-Qaïda ou à des associés:

* 1993: Attentat du World Trade Center
* 1996: Meurtre de 19 soldats américains en Arabie Saoudite
* 1998: Attentats dans l’Est de l’Afrique
* 2000: Attaque contre le USS Cole au Yémen
* 2001: Attaques-suicides contre New-York et Washington
* 2002: Attaques contre des touristes israéliens à Mombasa
* 2003: Quatre attentats simultanés à Riyad

Ceux-ci sont soupçonnés d’avoir inclu la Somalie, le Yémen et la Tchétchénie, ainsi que les zones montagneuses de l’Afghanistan.

Il y a eu des rapports sur un camp d’entraînement secret sur l’une des îles de l’Indonésie.

Contrairement aux groupes aux liens reserrés du passé, comme les Brigades rouges en Italie ou le groupe Abou Nidal au Moyen-Orient, Al-Qaïda perd sa structure. Il opère à travers les continents comme une chaîne de réseaux de verrouillage.

Les groupes individuels ou les cellules semblent avoir un haut degré d’autonomie, en élevant leur propre argent, souvent à travers de la petite délinquance, et ne faisant de la prise de contact avec d’autres groupes que lorsque c’est nécessaire.

Définir al-Qaïda?

Cette connexion dissolue entre les groupes a soulevé une question de définition. Lorsque nous parlons d’Al-Qaïda, est-ce que nous nous référons à une organisation réelle ou parlons-nous maintenant de quelque chose plus proche d’une idée?

Des attaques comme les attentats de mai 2003 à Riyad et l’attaque contre des touristes israéliens à Mombasa en 2002 sont largement attribués à al-Qaïda. Mais ces attaques ont-elles été, de quelque manière que ce soit, prévues ou financées ou organisées par Ben Laden ou par l’organisation qu’il est supposé encore diriger?

Les principales figures d’al-Qaïda

De manière large: Oussama Ben Laden, Ayman al-Zawahiri
Capturés par les Etats-Unis: Khalid Sheikh Mohammed, Abu Zubaydah
En procès: Zacarias Moussaoui, Mounir al-Motassadek
Emprisonné: Richard Reid
Présumé mort: Mohammed Atef

Certains analystes ont suggéré que le mot al-Qaïda est désormais utilisé pour désigner une variété de groupes connectés par un peu plus que des objectifs communs, des idéaux et des méthodes.

Nous savons toutefois que plusieurs groupes radicaux sont ou ont été officiellement affiliés à al-Qaïda. Le plus important est l’aile radicale du groupe du Jihad islamique égyptien dont les membres ont trouvé refuge en Afghanistan et ont fusionné avec Al-Qaïda.

Son chef est Ayman al-Zawahiri, un Egyptien impitoyable considéré comme étant le cerveau derrière al-Qaïda et le chef de la plupart de ses opérations les plus infâmes.

Il s’agit notamment des attaques contre deux ambassades américaines en Afrique en 1998 et les attentats du 11 septembre contre New York et Washington.

Ils sont également soupçonnés d’avoir des liens avec:

Les groupes cachemiris militants
Le Mouvement islamique d’Ouzbékistan, ou MIO
Le groupe Abou Sayyaf aux Philippines;
Le GIA, ou Groupe islamique armé, en Algérie et son rejeton radical connu sous le nom du groupe salafiste, ou GSPC.

« Guerre contre le terrorisme »

Les forces de police occidentales et les agences de renseignement ont eu un certain succès dans la dissolution des cellules d’Al-Qaïda, la fermeture des sociétés-écrans et le gel des avoirs dans le cadre de la « guerre contre le terrorisme ».

Certains de ses hauts dirigeants ont été tués ou capturés, et les interrogatoires de certains membres à Guantanamo ont encore plus affaibli l’organisation.

Toutefois, le déracinement de l’organisation dans son ensemble a été une tâche très complexe et frustrante.

Dans un récent rapport sur l’Irak et la guerre contre le terrorisme, l’Oxford Research Group a noté que malgré la détention de plusieurs de ses membres, al-Qaïda « reste dynamique et efficace ».

Plus frustrant, le sort et la localisation d’Oussama Ben Laden lui-même restent toujours un profond mystère.

Source: http://news.bbc.co.uk/2/hi/middle_east/1670089.stm

Wikipédia: http://en.wikipedia.org/wiki/CIA_%E2%80%93_al-Qaeda_controversy

  • Creative Commons

    Ce blog est mis à disposition selon les termes de la Licence CC-BY-SA 4.0, sauf pour les contenus traduits depuis d'autres sites internet et qui restent la propriété des médias qui les ont publiés à l'origine.
  • Articles récents

  • Catégories

  • Archives

  • Publicités